Actualités personnalisées : points de vue des journalistes et des utilisateurs.trices

Dans le cadre du Programme national de recherche PNR 77, l’équipe de recherche dirigée par Frank Esser (Université de Zurich) étudie les effets des systèmes de diffusion de l’information sur le paysage médiatique et les utilisateurs.trices.

Les systèmes de recommandation d'actualités (SNR) utilisent des algorithmes pour adapter les suggestions de contenu sur les plateformes de médias sociaux et les portails d'information en ligne, en s'appuyant sur les interactions passées des utilisateurs.trices. Ces systèmes tiennent non seulement compte des habitudes de lecture antérieures d'un individu, mais alignent également les recommandations sur les intérêts d'utilisateurs.trices similaires.

Quel rôle ces systèmes jouent-ils pour les entreprises de médias en Suisse et aux Pays-Bas et comment ces systèmes sont-ils perçus par les utilisateurs.trices dans une comparaison internationale ? L’équipe de recherche dirigée par Frank Esser (Université de Zurich) répond à ces questions dans le cadre du PNR 77. Pour ceci, ils ont d’abord interrogé 36 expert.e.s travaillant dans des entreprises de médias, puis ont mené une enquête représentative auprès d'utilisateurs.trices dans cinq pays.

Les professionnel.le.s des médias sont sceptiques à l'égard de NRS

En Suisse, les systèmes de recommandation d‘actualités sont encore en phase de test. Les entreprises de médias expérimentent et recherchent toujours l'utilisation optimale de ces systèmes sur leurs portails d'information. Bien que les experts reconnaissent que les SNR peuvent fournir aux lecteurs.trices une orientation dans le maquis des articles, on craint que le contrôle éditorial ne soit affaibli par les recommandations automatisées. Selon les résultats de l'étude, de nombreux.ses professionnel.le.s des médias doutent également des avantages concrets du SNR.

Conclusion des chercheurs.euses :

« Avec l'objectif commun de trouver un équilibre entre la personnalisation algorithmique et l'intégrité éditoriale, le développement des systèmes de recommandation d'actualités peut évoluer vers des systèmes de recommandation « responsables » qui prennent en compte la transparence, le contrôle par l'utilisateur.trice et la diversité. En fin de compte, l'introduction de ces systèmes peut également conduire à de nouvelles pratiques de travail et formes de collaboration qui peuvent avoir un impact positif sur le travail journalistique. »

Attitude positive des utilisateurs.trices à l'égard des recommandations algorithmiques d'actualités

Les lecteurs.trices interrogé.e.s ont généralement une attitude positive à l'égard des systèmes algorithmiques de recommandation d'actualités. Ils.elles voient les avantages principalement dans les domaines du sport, du divertissement et de l'actualité des célébrités. Les lecteurs.trices accordent moins d'importance aux recommandations personnalisées sur la page d'accueil et manifestent, selon les résultats de l'étude, encore moins d'intérêt à recevoir des newsletters personnalisées et des notifications push sur leurs appareils mobiles.

Cependant, les personnes interrogées ont déclaré que leur confiance dans les entreprises de médias qu'elles soupçonnent d'utiliser des systèmes de recommandation d'actualités est plus faible.

Une utilisation « responsable » des SNR, c'est aussi ce que les utilisateurs.trice des cinq pays étudiés par les chercheurs.euses souhaitent voir. Ils.elles s'attendent à ce que leurs données fassent l'objet d'une transparence et d'une divulgation lorsqu'un contenu est recommandé par des algorithmes.

En Suisse, les utilisateurs.trices sont (encore) sceptiques à l'égard des systèmes de recommandation d'actualités. C'est moins le cas aux États-Unis ou au Royaume-Uni, où les entreprises de médias utilisent déjà SNR à plus grande échelle. D'après les résultats de l'enquête, les utilisateurs.trices ont une attitude plus positive à l'égard de ces systèmes.

En résumé, les points les plus importants de l'étude (en anglais):

  1. NRS can positively impact media companies and users if the necessary resources are available and technology demands are balances with journalistic demands.
  2. Institutionalizes forms of collaboration and regular exchanges between IT, editorial, and business can prevent tensions.
  3. To ensure that trust in the media is not compromised, it is essential that NRS are aligned with journalistic criteria (such as relevance and diversity) and that transparency and information about algorithms are provided.
  4. To increase the acceptance of NRS, the benefites for users must be actively communicated, and fears about filter bubbles and data misuse must be avoided.
  5. The preferences and attitudes of Dutch and Swiss media users are in many ways similar to those of users in other countries. However, Dutch and Swiss media users are more critical than users in countries where the use of NRS is more advanced (such as the US or UK).

Des informations plus détaillées sur les résultats de l'étude sont disponibles dans la fiche d'information récemment publiée :

The role of news recommender systems in digital democracies (anglais) (PDF)

Ces travaux de recherche s'inscrivent dans le cadre du Programme national de recherche (PNR 77), qui soutient 46 projets liés à la transformation numérique.